Objectif

Développer les compétences scientifiques et technologiques permettant de travailler dans des secteurs très variés, tels que l’aménagement urbain et rural, les expertises foncières, l’information géographique, l’imagerie numérique, la métrologie industrielle, la géodésie (GNSS), la photogrammétrie, la télédétection, la lasergrammétrie.

L’ingénieur topographe ou ingénieur géomètre sait proposer et mettre en œuvre les techniques de mesures 3D adaptées aux besoins du BTP pour les études et implantations, de l’industrie pour la métrologie, de la géodésie pour la mise en place de canevas de précision et pour l’observation des mouvements du sol, de l’archéologie et du patrimoine pour les relevés et modélisations, du génie civil pour la gestion et la surveillance des ouvrages d’arts, des particuliers et des administrations pour l’urbanisme et la gestion des propriétés foncières, etc.

Formation

  • Fondements scientifiques et techniques pour l’acquisition, le positionnement, le traitement et l’évaluation de la précision de données 3D géo-localisées.
  • Pratique des instruments et méthodes topographiques, des conventionnelles aux plus avancées : depuis les niveaux de chantier jusqu’aux GNSS en passant par les tachéomètres et scanners laser 3D
  • Traitement de données acquises par techniques photogrammétriques
  • Apprentissage du droit général et foncier, de la gestion d’entreprise.
  • Environnement informatique développé avec un accès libre à des salles informatiques équipées de logiciels professionnels.
  • Pédagogie répartie entre enseignements théoriques et travaux pratiques ou projets sur le terrain.
  • Formation accueillant 38% de filles en moyenne.
  • Obtention, sous conditions, d’un diplôme d’établissement de niveau licence (bachelor en ingénierie) à l’issue de la 3e année
  • Accès possible à la profession libérale de géomètre-expert après 2 années de stages dans un cabinet de géomètre-expert
  • Seule formation d’ingénieur topographe dans le groupe INSA

Stages en entreprises

  • Quatre stages en entreprise durant le cursus (stages de découverte et d’application)
  • Pendant le 9e semestre : 1 projet de recherche technologique en collaboration avec des entreprises
  • Le projet de fin d’études (PFE), sur 20 semaines, est une étude approfondie apportant une contribution originale au développement des techniques dans des domaines liés à la spécialité professionnelle.
  • Possibilité de contrat de professionnalisation en 5e année.

Double-cursus

  • Possibilité d’une formation architecte-ingénieur topographe sous deux formes de double cursus :
    • en 6 ans après le bac : obtention d’un diplôme d’ingénieur en topographie + un bachelor en architecture et ingénierie.
    • en 7 ans après le bac : obtention du diplôme d’ingénieur en topographie et celui d’architecte de niveau master.
  • Possibilité de suivre un cursus à double diplôme franco-allemand en géodésie et géo-informatique avec l’institut de technologie de Karlsruhe (KIT, Kalrsruher Institut für Technologie).

Formations à l'international

  • Séjour à l’étranger obligatoire d’au moins 3 mois pendant le cursus.
  • Double diplôme avec l’institut de technologie de Karlsruhe.
  • Échanges de nature académique (semestres de formation), grâce aux programmes ERASMUS+ (Europe), BCI (Québec) ou FITEC (Argentine, Brésil, Mexique).
  • Cours de langue anglaise et allemande dispensés pour la pratique de la langue technique.

Cycle doctoral, recherche

  • Initiation et formation à la recherche, projets de recherche technologique
  • Possibilité de préparer simultanément le master image, robotique, ingénierie pour le vivant ; parcours topographie et photogrammétrie (co-accrédité avec l’Université de Strasbourg). D’autres masters de recherche sont proposés cf. www.insa-strasbourg.fr - rubrique recherche.
  • Les enseignants-chercheurs de la spécialité topographie sont rattachés au groupe PAGE (Photogrammétrie architecturale et géomatique) de l’équipe Trio du laboratoire ICube UMR 7357 de Strasbourg. Les thèmes de recherche abordés sont l’acquisition, la modélisation 3D à partir de nuages de points et la gestion d’objets topographiques (SIG, BIM).

Débouchés

  • Secteur public et semi-public : services techniques des collectivités territoriales, centres de recherche et développement, EDF, SNCF, CERN, etc.
  • Secteur privé : sociétés de topographie, de photogrammétrie, d’informatique, de développements et ventes d’instruments, de solutions logicielles, sociétés d’aménagement foncier ou rural, entreprises de génie civil, cabinets de géomètres-experts, etc.
  • Les débouchés sont très nombreux, aussi bien à l’internationale (Suisse, Luxembourg) qu’en France. La demande d’ingénieurs topographes est très forte.